Obéissez, sino-interdiction de LN

NGNL

Merci à KasugayaHaruto, Lusama et Zefyris pour leurs informations.
MAJ du 21/07/2014. Cet article est aussi disponible en anglais.

L’info date de l’année dernière, mais le LN de No Game No Life (écrit et illustré par Yuu Kamiya) a été soudainement interrompu en Chine.
Vu le contenu parfois sensuel de la série et le pays en question, on pourrait penser que c’était un prétexte pour la censurer.

Mais j’avais apparemment tort pour NGNL, alors que depuis le début de cette année, il semble que pas mal de LN ont été bannis du marché chinois.

C’est tellement absurde que je voulais en savoir plus à ce sujet.

Le 15 août 2013, Yuu Kamiya annonce l’interruption de son LN en Chine. Et il en rit.

Traduction du tweet par KasugayaHaruto, adaptée par mes propres soins :

La publication de l’édition chinoise de No Game No Life a été arrêtée car trop médiocre, j’en suis mort de rire.

Haruto a aussi précisé que selon le texte relié au tweet, « le travail des traducteurs était apparemment passable, et les lecteurs s’en plaignaient ».

Mais d’après Zefyris, les rires de l’auteur sont liés aux raisons exceptionnelles de cet arrêt. Et selon le texte, ça porterait sur des éléments politiquement sensibles, pouvant inciter aux troubles à l’ordre public.

J’ai essayé de chercher combien de tomes ont été publiés en Chine, sans succès. Peut-être qu’il n’y en a eu qu’un seul.
La série est tout de même disponible chez l’éditeur taïwanais Tong Li.

L’hypothèse d’une interdiction a beau être plausible, elle n’est pas totalement confirmable (et ne le sera probablement pas). Il n’empêche que c’est inutile de se demander si l’arrêt est volontaire ou imposé, car de toute façon, NGNL ne sera sûrement pas relancé en Chine.

Sur le même sujet du forum d’AnimeSuki qui avait cité cette information, un membre affirmait que pas mal de LN ont été bannis des librairies chinoises en ce début d’année. Principalement Date A Live, écrit par Koushi Tachibana et illustré par Tsunako.

Pour information, le marché chinois du LN est majoritairement dominé par Guangzhou Tianwen Kadokawa, filiale étrangère du groupe japonais Kadokawa (qui possède aussi la majorité des éditeurs japonais de LN).
Il publie des œuvres japonaises appartenant aux éditeurs du groupe (vendues autour de 20 yuans, soit 2,50 €), et des œuvres chinoises originales (vendues autour de 13 yuans, soit 1,50 €). On y retrouve donc des LN de Dengeki Bunko, MF Bunko J, Famitsu Bunko…

Comme Tianwen Kadokawa ne listait pas les séries qu’il publiait sur son site, j’ai dû utiliser sa page Wikipédia.

En fouillant dans la liste, on finit par tomber sur Date A Live (約會大作戰). On peut remarquer un détail troublant dans la liste des parutions : la dernière date d’octobre 2013, et pourtant, elles étaient relativement régulières avant ça (1 à 3 mois).

De plus, j’ai beau fouiller le site de l’éditeur, les tomes de DAL sont introuvables. Juste une absence de publications en février et mars… ce qui est louche.

Je vous rassure, ce n’est pas une erreur de Wikipédia, car ces tomes ont bel et bien été publiés. Preuve par cette capture du site de l’éditeur, faite le 14 octobre 2013. On y trouve le tome 7, publié une semaine plus tôt.

Vous l’avez remarqué, d’autres séries ont aussi disparu des rayons de l’éditeur. Et vu le contenu de certains LN visés, l’hypothèse d’une interdiction de vente devient vite crédible.

Pour les LN ci-dessous, on peut facilement trouver des motifs d’interdiction récurrents (fan-service, illustrations suggestives, mauvais exemples pour la société, inceste, etc.) :
Date A Live
– Oreimo (juste avant le dernier tome)
– Korezon
– Sakurasou
– Index
Hidan no Aria (l’histoire n’en était pas à l’arc sur Hong Kong)
Mayo Chiki!
– Henneko
– OniAi
Tsuki Tsuki!
– Nakaimo
Seikoku no Dragonar

Mais sur d’autres titres, ça me semble plus étrange et/ou absurde :
Accel World
– Mondaiji
Omae o Otaku ni Shiteyaru kara, Ore o Riajuu ni Shitekure!
Maou na Ano Ko to Murabito A

Si on regarde les séries qui continuent, c’est loin d’être plus logique, avec du fan-service plus ou moins explicite (The Sacred Blacksmith, Strike the Blood, Unbreakable Machine Doll), des auteurs qui continuent d’être publiés (Sword Art Online, Heavy Object), et des cas assez… nationalistes.

Essayons de se mettre dans la tête des comités qui valident les titres.

Mahouka voit les USA comme ennemi ? Ça passe ! La relation Miyuki-Tatsuya ? Rien à foutre, parce que nique l’Amérique !
Quant à Tokyo Ravens… On pourrait pas renommer la série en Beijing Ravens, plutôt ? Nous, racistes ? Meuh non, on a rien contre le Japon…

(N’empêche que l’animé de Mahouka n’est pas licencié en Chine, détail contradictoire qu’a souligné Lusama.)

Du coup, pour acheter les séries bannies, il faut regarder du côté de Kadokawa Taïwan. Mais c’est 2 à 3 fois plus cher (plus de 200 NT$, soit 5 €, sans compter les frais d’import).

La morale de l’histoire… bah y’en a pas. Estimons-nous heureux de ne pas voir une série arrêtée par décision des autorités (même si l’arrêt faute de ventes, c’est pas mieux).

Moefied China

Non, vous ne rêvez pas, c’est bien lui.

A propos MisogID

Lecteur de light novels maudit par le fukoudaisme. Administrateur et instigateur des vannes foireuses d'Otakiew.
Cet article, publié dans Focus, Light Novel, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Obéissez, sino-interdiction de LN

  1. suriteka dit :

    Cette tristesse, pauvres chinois. Mais pourquoi veulent-ils censurer ? Suite aux conflits Sino-japonais ?

  2. Zefyris dit :

    Ce que l’auteur a dit est « La raison de l’interdiction est tellement extraordinaire que ça m’a fait rire »
    Et non pas que c’est médiocre; l’explication en détail se trouve dans le lien twitter.
    Pour résumer, NGNL fait apparaitre dans son histoire un certain nombre d’éléments qui ne leur conviennent pas car étant une incitation selon eux à la destruction de l’ordre public. Le fait de partir en guerre, les histoires de lavage de cerveau, de règne par la terreur, tout ça.
    Pour info, il y a énormément de LN publiés à HK, donc c’est qu’ils ne censurent pas spécialement de ce coté là du moins. Même B.A.D. est publié, et dans le genre malsain, on trouve guère mieux (c’est fait pour en même temps). Je pense que le fait de véhiculer un certain nombre d’idées politiques, ou d’avoir dans l’histoire un pays oppressant son peuple d’une façon ou d’une autre doit les déranger, mais en dehors de ça pas spécialement.

    • MisogID dit :

      Merci pour ces précisions, qui sont assez logiques et qu’il m’a été impossible de confirmer (j’ai tenté d’extraire le texte, en vain).

      Cela dit, vu que HK et Taïwan sont (un peu) détachés de la gouvernance chinoise, ça pourrait expliquer une différence dans l’offre et la restriction des séries. Chose qu’on peut déduire de l’interdiction massive en ce début de l’année.

      Mais bon, faut dire que trouver des infos en chinois, c’était pas spécialement simple. Surtout avec peu de vocabulaire.

      L’article a été modifié en conséquence.

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s